La vie marine de Bali – Le poisson Lune (Mola-mola)

bali-plongee-mola-mola

Le poisson Lune ou Môle (Mola-mola)

Plonger parmi les mola-mola á Bali, est le rêve de tout plongeur.

Quelle est la taille du poisson lune océanique?

Le poisson lune ou plus communément la Môle (mola-mola) est le poisson osseux le plus lourd du monde avec une moyenne de 1000kg (1tonne) et de 1,80 mètre de longueur. On trouve même des spécimens de 2 tonnes pour 4 mètres d’envergure.

Où habite-t-il?

Les poissons lune (mola-mola) sont des animaux pélagiques (vivant en pleine mer). Ils se trouvent à des profondeurs allant jusqu’à 600 mètres. En fait ils passent la majeure partie de leur vie d’adulte entre 200 et 600 mètres de fond.

Video credit: Ludovic Amevor

Quelques faits sur le Mola Mola

Ils appartiennent à la famille des molidae. Leurs plus proches parents sont les poissons-globe, les balistes et les poissons-coffre. Ils n’ont pas beaucoup de similitudes physiques, sauf cependant, dans la façon dont ils nagent, mais surtout dans la morphologie de leurs bouches, plus précisément leurs dents.

La bouche est petite, avec de fortes mâchoires, où le maxillaire et le prémaxillaire ont fusionné en deux plaques, comme le bec d’un oiseau. Ils ne peuvent donc pas fermer correctement la bouche. Ils n’ont que trois dents, deux dans la bouche et une dans la gorge. Les poissons lune ne mâchent pas leur nourriture. Quand ils mangent des méduses, ils les sucent avec leurs petites bouches, jusqu’à ce que les méduses soient assez réduites pour être avalées puis digérées. La base de leur alimentation est constituée de différents types de zoo plancton gélatineux, tels que les méduses. C’est un régime pauvre en nutriments, donc ils ont besoin d’énormesquantités pour entretenir leur grande taille. Ils aiment aussi les calamars, les crustacés et les petits poissons.

Ils appartiennent à l’ordre des Tetraodontiforme, caractérisé parl’absence d’écailles. Leur peau très épaisse, élastique est recouverted’une muqueuse gélatineuse qui sert de protection. Son épaisseur peut aller jusqu’à 7,6 cm.

Ils ont également un organe interne, une vessie natatoire, qui leur permet de flotter. La couche gélatineuse sous-cutanée de leur peau, leur permet d’avoir une flottabilité neutre dans l’eau. Ils nagent constamment ou agitent leurs nageoires (comme pour planer).

Le poisson lune est catalogué comme Ostéictio (la classe des“Osteichthyes”). Ses tissus sont principalement cartilagineux, et plus légers que ses os, ce qui lui permet d’atteindre ces dimensions incroyables pour un poisson osseux.

D’où vient le nom de ce poisson?

Le nom scientifique du mola-mola, lui vient de sa ressemblance avec la pierre utilisée dans les moulins pour moudre le grain, la “meule”

Curieusement le mola-mola , en Espagnol et en Français, est appelé pez luna, poisson lune. La légende espagnole, raconte que lorsque les pêcheurs sont allés pêcher, la nuit, certains de ces poissons nageaient près de la surface. Les pêcheurs les ont confondus avec les reflets de la lune dans l’eau. Depuis lors, ce poisson est connu sous le nom de poisson lune, pez luna.

Mola Mola aime bronzer!

L’habitude qu’a, ce poisson, de prendre le soleil en surface, lui a aussi valu le nom Anglais de «ocean sunfish »

Plusieurs théories expliquent ce besoin d’exposition au soleil.

L’une d’elles précise que c’est, pour le poisson, un moyen de se débarrasser de ses parasites. Plus de 40 espèces peuvent parasiter sa peau.

En se prélassant au soleil, le poisson permet aux oiseaux marins de se nourrir de ses parasites cutanés. Dans le récif les poissons nettoyeurs viennent faire le travail.

Outre, l’aide apportée par les poissons et les oiseaux marins, le poisson-lune pour se débarrasser lui même de ses parasites, sautejusqu’à 3 mètres.

Une autre théorie, pour expliquer ce besoin de lézarder au soleil, est le rôle très important, du soleil, dans la régulation thermique de son corps.L’océan, en profondeur devient de plus en plus froid. A des profondeurs de 200m à 600m la température de l’eau peut être de 12 °C, voir plus basse, ce qui, sans cette recharge thermique, pourrait entraîner pour le poisson une désorientation ou éventuellement la mort. Pour ces raisons le mola-mola, quand il nage en surface, présente sa plus large superficie au soleil. Sa température corporelle augmente, sa digestion est facilitée, ce qui le prépare à aller se nourrir dans les profondeurs froides de l’océan. Par jour, le poisson-lune peut faire plus de 40 fois l’aller retour dans les abîmes. Dés que le soleil se lève, commencent les plongées, et, au fur et à mesure que le soleil décline, les plongées sont plus profondes.

Video credit: Ludovic Amevor

Plus de faits amusants sur le mola mola

Ces poissons n’ont pas vraiment de queue. Au cours de leur évolution, la nageoire caudale a disparue et a été remplacée par une structure arrondie, du nom de “clavus”, une sorte de pseudo-queue en éventail. Ils sont un corps très plat et peuvent devenir aussi hauts que longs, ce qui leur donne cette forme de lune.

En raison de l’absence d’une véritable queue et de la petite taille de ses nageoires pectorales, le poisson-lune utilise ses nageoires dorsales et pectorales pour se propulser vers l’avant, en bougeant leurs deux nageoires simultanément, dans le même sens.

Bien qu’il semble, à première vue maladroit, il peut se déplacer aussi rapidement que certains requins, pour se nourrir, et pour échapper á ses prédateurs, (lions de mer, orques, requins).

D’ailleurs, avec sa grande nageoire dorsale planant à la surface, il est souvent confondu avec un requin .Mais, le poisson lune est inoffensif pour l’homme.

Le mola-mola n’a que 16 vertèbres, le plus petit nombre de vertèbres parmi tous les poissons. En comparaison l’être humain en a 33. Le squelette réduit du mola-mola, est principalement cartilagineux et presque démuni de côtes.

plunge-bali-poisson-lune

Son cerveau est très petit. A titre de comparaison, plus petit que l’un de ses reins situés juste derrière.

Ils pondent plus d’oeufs que tout autre animal!

La femelle mola mola peut pondre plus de 300 millions d’œufs à la fois. C’est plus que tout autre vertébré dans le monde.

Du fait de leurs faibles chances de trouver un partenaire en plein océan les femelles mola-mola ont un cycle de reproduction assez faible.

Le fretin à la naissance ne mesure que 2,5 mm et pèse une fraction de gramme.
S’il survit, il pourra grandir plus de 60 millions de fois sa taille de naissance, prenant près de 0,9 kg par jour, et ce, jusqu’à sa maturité.C’est probablement la croissance la plus extrême de tous les vertébrés.

Quelle couleur sont?

La couleur du poisson-lune peut varier du brun au gris, à l’argent, au noir ou même presque au blanc ou blanc-tacheté. Il peut changer de couleur lorsqu’il est stressé, attaqué par un lion de mer, ou autre prédateur. Il peut, pour se camoufler, passer du clair àl’obscur en quelques instants, afin de s’échapper, s’enfonçant dans les profondeurs des océans.

A Bali, ils étudient ces poissons

A Bali des études sont faites, pour connaitre ses déplacements, comment il utilise les courants, son mode de vie. A ce jour nous savons que le mola-mola est sédentaire donc ne bouge pas beaucoup. Il vit entre l’océan indien “Nusa penida” et la mer de Bali“Candidasa la baie d’amuk”, Là, les profondeurs peuvent atteindre les 1000 mètres.

Les dangers auxquels Mola Mola fait face

La chair du mola-mola peut être très prisée.

Les mola-mola sont fréquemment pris au piège dans des filets de pêche. Ils représentent même 30 % du total des prises lors de la pêche au filet de traine de l’espadon.

Ce pourcentage monte entre 71 % et 90 % pour la pêche de l’espadon en Méditerrannée.
Nulle part dans le monde, leur pêche n’est règlementée. Dans certains endroits, les pêcheurs les considèrent comme des voleurs de prises potentielles. Ils coupent leurs nageoires avant de les rejeter à l’eau. Ce qui entraîne leur mort.
Le poisson-lune est également menacé par les déchets flottants tels que les sacs plastiques qui ressemblent aux méduses, leur aliment principal. Avalés par mégarde, les sacs plastiques peuvent l’étouffer ou remplir son estomac jusqu’à ce qu’il meurt de faim.
Des recherches récentes révèlent une diminution de la population mondiale de mola-mola, vraisemblablement causée par un nombre trop élevé de prises liées à la pêche.

Où plonger pour observer le mola mola à BALI

vie=marine-bali-mola-molaBali est l’un des sites d’observation privilégiés du mola mota ou poisson lune.

C’est entre Candidasa et Nusa Penida, dans les eaux profondes que vit le Mola Mola. 

De fin juin à novembre, les eaux étant assez froides, le mola mola, (ainsi que la raie manta), remontent dans les stations de nettoyage, pour y séjourner paisiblement le temps du nettoyage. 

Ces sites sont les endroits les plus propices aux plongeurs pour approcher et observer le mola mola. 

Mais, ces sites sont  aussi réputés pour leur très fort  courant. Ils ne sont  donc accessibles qu’aux plongeurs expérimentés et qualifiés.

De ce fait, par mesure de sécurité, les plongeurs sont soumis à des plongées de contrôle, et s’ils en ont les compétences, ils obtiendront  l’accord pour  participer à ces plongées.

Ces très belles plongées, sont  également soumises à des directives et obligations pour la protection du mola mola et du milieu marin.  Vous devrez respecter le code de conduite qui vous sera expliqué par votre guide de plongée.

Ne plongez qu’avec des clubs responsables qui approuvent et adhérent au code de conduite ci-dessous. 

Code de conduite pour plonger avec ces géants :

– Etre un plongeur responsable.

– Toujours s’approcher lentement.

– Maintenir une distance de 10 mètres quand le poisson se dirige vers la station de nettoyage. 

– Ne pas nager derrière le poisson, pour éviter de le surprendre. 

– Ne pas nager  sous le poisson car vos bulles peuvent perturber son comportement. 

– Ne pas bloquer  au poisson l’accès  du récif vers la station.

– Rester immobile à proximité de la station.

– Attendre  que le poisson soit immobile depuis au moins une minute.

– Attendre que le nettoyage ait commencé.

  Approcher lentement.

  Dans la station de nettoyage, maintenir une distance de 3 mètres entre le poisson et vous. 

– Rester  proche du récif et ne pas encercler le poisson. 

– Rester immobile si un poisson s’approche de vous.

– Ne pas toucher le poisson, car vous enlèveriez la couche de mucus qui le protège des infections.

– Ne  pas nourrir pas le poisson.

– Ne pas utiliser de flash.

– Ne pas utiliser d’engins motorisés, (scooter sous marin), le bruit perturbe le poisson. 

– S’équilibrer correctement pour ne pas toucher et endommager les coraux.

– Ne prélever aucune vie marine.

Ne pas bloquer les issues de sortie de la station de nettoyage.

Visitez notre blog pour en savoir plus sur la vie marine à Bali